Navigation rapide

Accueil > Tribune libre > Vie de l’université > Quelle politique de promotion PR à LYON 1 ?

Quelle politique de promotion PR à LYON 1 ?

vendredi 27 juin 2014

La campagne 2015 voit deux MCF membres du CA promus en local sur un poste de PR. Remis dans le contexte, des questions se posent sur la politique menée par le CA.

La campagne de poste 2014 se termine, et nous connaissons les heureux lauréats des très rares postes vacants de professeurs (PR) dont dispose l’UCBL. Dans ce contexte de pénurie nationale, personne ne méconnait le problème de plus en plus pressant de l’évolution des carrières des Maîtres de Conférences (MCF) - et à moyen terme, du maintien de deux statuts MCF/PR de moins en moins justifié par les missions réellement exercées.

Fermeture de l’accès "46.3"...

Depuis le début de sa mandature, la liste majoritaire au CA (liste ISTS) a clairement affiché son opposition à la voie d’accès au rang de PR par un concours relevant de l’article 46.3 des statuts des enseignants-chercheurs. Dans sa formulation, cet article permet simplement à des collègues ayant 10 ans d’ancienneté de se présenter à un concours de professeur sans être titulaire de la qualification du CNU (l’Habilitation à Diriger des Recherches, en revanche, reste requise). Mais en pratique, cette procédure est utilisée pour reconnaître des investissements particulièrement importants sur le plan local, occasionnant une “moindre visibilité” du côté de la recherche, à l’opposé donc de la procédure classique.

Depuis trois ans, aucun poste n’a été publié en 46.3 par l’UCBL, malgré une pression extrêmement forte au niveau des candidatures. Le dernier en date avait été attribué par le président Bonmartin, mais la liste ISTS a invalidé en Conseil Restreint le recrutement - proposé pourtant à l’unanimité du comité de sélection ! Il fallut néanmoins une intervention du ministère, qui a sifflé la fin de la partie en rappelant au CA qu’il n’était pas un jury ; le recrutement a finalement eu lieu. Mais depuis, plus aucun 46.3…

... ce qui n’empêche pas les recrutements locaux !

La raison officielle est “la difficulté à préempter des postes dans le contexte actuel”. On pourrait entendre cet argument, ainsi que quelques autres liés au manque de cadrage national pour l’utilisation de cette procédure de recrutement. Mais la réalité prend un tout autre aspect lorsqu’on regarde de plus près la campagne de recrutement de cette année. En effet, si on ne peut pas reprocher à des membres du CA de passer des concours, ni à des comités de sélection de les évaluer favorablement, on peut s’étonner de l’origine des supports affectés par le CA…

En effet, dans les deux cas de “promotion locale interne au CA” que l’on peut constater cette année, l’un provient d’une décision de redéploiement d’un poste d’une autre composante ; et le deuxième d’une création budgétaire pure et simple. Pour ceux qui subissent les coupes budgétaires répétées et argumentées par le vice-président du CA, le procédé peut surprendre ! D’autant plus que les crédits mobilisés proviennent… de l’opération dite “Sauvadet”, qui a pour but de titulariser les contractuels de la fonction publique. En affectant des concours Sauvadet sur des postes de la campagne, le CA pense dégager un bénéfice et crée ainsi un chapeau de PR taillé sur mesure pour l’un de ses membres.

Les nombreux candidats à la procédure 46.3 apprécieront - et savent ce qu’il leur reste à faire pour parvenir à leurs fins. Quant à la question financière, nous nous permettrons d’émettre un doute : le ministère à depuis longtemps démontré sa capacité à compter, et il n’est pas certain que la manœuvre soit appréciée.

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.