Navigation rapide

Accueil > Tribune libre > Vie de l’université > CA : un vote idéologique et irresponsable

CA : un vote idéologique et irresponsable

jeudi 21 janvier 2016

Dans sa séance du 19 janvier 2016, le CA a été appelé à se prononcer sur le maintien ou non des capacités d’accueil dans trois formations de l’université : le L1 STAPS, la PACES, et le L1 SVT.

Capacités d’accueil ?

Dans la déclaration des formations dans le logiciel APB (Admission Post-Bac), l’université a trois solutions :

- déclarer une formation sans capacité d’accueil, pour laquelle aucun mécanisme de restriction ne sera possible. Tout jeune bachelier ou étudiant en ré-orientation après une première année en faisant la demande pourra intégrer la formation, depuis la France entière.
- déclarer une formation avec capacité d’accueil : en votant une limite, il peut y avoir deux conséquences :

  • soit les demandes des bacheliers de notre académie dépassent à eux seuls la limite, et dans ce cas un tirage au sort est déclenché par le rectorat. LYON 1 n’a jamais utilisé de limites assez basse pour déclencher ce procédé, fort heureusement.
  • soit ce sont les demandes hors académies qui sont hors limite, et dans ce cas l’université a la possibilité de décider au non d’accepter les candidats : on parle dans ce cas de “priorités géographiques” mises en place par l’intermédiaire des capacités d’accueil.

- la troisième possibilité permet de déclarer des formations sélectives : IUT, prépas intégrés etc…

Dans les trois formations concernées, il s’agissait du deuxième cas de figure : déclencher une priorisation géographique à notre académie, et même au delà en acceptant quelques lycées limitrophes. Cette priorisation est en place depuis au moins 3 ans en raison de la forte attractivité de ces formations, qui met en péril notre capacité à accueillir les étudiants dans de bonnes conditions. Elle n’a rien à voir avec une "sélection" qui se ferait sur dossier.

Une décision irresponsable

Naturellement, la mise en place de capacités d’accueil est un constat négatif et nul ne peut s’en réjouir. Le plus large débat autour de cette question difficile est nécessaire : avec les étudiants, avec les composantes concernées, avec le ministère (le problème de ces disciplines étant reconnu sur le plan national).

Alors, comment interpréter la décision du CA de supprimer ces capacités pour le portail SVT, la veille de l’ouverture d’APB, en contradiction totale avec les équipes de terrain ? Est-ce réellement pour “respecter le vote du CEVU” - comme cela a été dit après - que la majorité sortante (à une semaine des élections) a allumé ce feu ?

Pour mieux comprendre, il faut revoir les notes de séance prises par vos élus du collectif IDDE. Car nous y étions… Grandes lignes :

- Les étudiants annoncent que, sur le principe ils ne peuvent soutenir l’existence de capacités d’accueil. C’est une position qu’ils souhaitent développer au niveau national. Ils souhaitent ainsi peser sur la politique en faveur de moyens pour les universités, et sont d’ailleurs en cohérence avec leur choix de ne pas voter le budget 2016 (comme ils l’avaient fait en 2015) de l’UCBL.
- Un élu de la majorité les rejoins sur le fond, lance de beaux principes sur l’ouverture et les missions de l’Université, repris en boucle.
- Le même élu met le doute sur deux questions :

  • Pourquoi le CEVU a voté contre ? Sur ce point, il est expliqué que les étudiants au CEVU ont suivi la même posture qu’en CA, alors que les personnels ont pris la responsabilité de maintenir les barres. Les étudiants étaient majoritaires en nombre. Un débat doit être lancé, mais il est trop tard pour cette année.
  • D’où viennent ces barres ? Les composantes ont-elle réellement été impliquées dans une définition justifiée de ces chiffres ?
    Réponse des directeurs concernés :
    • STAPS : le directeur s’emporte et regrette une manoeuvre électoraliste irresponsable.
    • PACES : la directrice du CCES indique que la barre est indiscutable : nombre de places dans les amphis…
    • SVT : le directeur de la FST indique que des restrictions ont déjà lieu, en particulier sur les IP. Donc les capacités sont déjà dépassées : celles qui sont proposées correspondent à un effort considérable des équipes enseignantes pour accueillir toute l’académie et même au delà. Ce serait une catastrophe pour tout le monde si on ouvrait subitement à la France entière sans plus de préparation.
  • Le directeur du département de biologie, membre élu de la majorité (et candidat à la présidence, doit on le rappeler), contredit ces dernières affirmations : il n’y a pas eu de débat au niveau des départements, et des solutions pour accueillir tout le monde n’auraient pas encore été explorées. De plus, en votant une priorisation sectorielle, on se prive de très bons dossiers qui pourraient venir de l’extérieur...

Conclusion : le président organise trois votes, un par formation. Les capacités d’accueil sont maintenues en STAPS et PACES, supprimées en SVT à la demande du directeur de département de biologie. Il se défendra plus tard d’avoir simplement suivi le vote du CEVU : mais pourquoi uniquement pour SVT ? Et pourquoi tout au long de sa mandature cette majorité a-t-elle régulièrement balayé d’un revers de main des positions souvent unanimes du Conseil Académique, sans plus d’état d’âme ?

Quel message politique ?

Le collectif IDDE rappelle son engagement pour l’ouverture la plus large de l’université. C’est un combat de fond qui s’inscrit à plusieurs niveaux, et ne peux se réduire à un vote couperet dans un CA. En terme de message politique, la suppression des capacités d’accueil est d’ailleurs à double tranchant... Le message qui est donné au grand public est : à LYON 1 tout va bien, madame la marquise ! Est-ce qu’on compte alors sur des dysfonctionnements de grande ampleur à la rentrée pour alerter les politiques ?

Nous posons la question : en septembre 2016, lorsque les formations seront paralysées, qui se mobilisera sur le campus pour créer le rapport de force avec le ministère ? Les étudiants qui ont voté contre les barres ? On peut l’espérer, car ils ont commencé à le faire à l’automne 2015, et nous les soutiendrons. Les membres de la majorité sortante ? On peut largement en douter...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.