Accueil > Tribune libre > Vie de l’université > Rétention de maquette par le président !

Rétention de maquette par le président !

lundi 10 mai 2010

Mise à jour 17 mai 2010 : la maquette est (en passe d’être...) envoyée au ministère. Fera-t-elle tâche d’huile ?

Le 23 mars dernier, le CA adoptait (sans unanimité !) les maquettes enseignement mettant en oeuvre la (mauvaise) réforme (bâclée) de la formation des maîtres, pour transmission au ministère, soit cinq maquettes. On ne reviendra pas sur l’absurdité de la réforme, qui serait restée lettre morte sans la docilité des universités.

Mais penchons nous sur un cas étrange à LYON 1 : le président de la CPU, contre - donc - l’avis de son CA, refuse de transmettre l’une des cinq maquettes ! Acte héroïque de résistance ? Lionel Collet serait-il un sous-marin syndical ?

Nul ne le sait, mais tout porte à croire que la vrai raison de ce blocage est à trouver du côté du rectorat et de l’IUFM. Pourquoi donc ? Car la maquette élaborée par l’UFR STAPS ne rempli pas bien des objectifs non avoués de la réforme en question... En effet, point de stage obligatoire en semestre quatre de Master... L’UFR STAPS préfère laisser aux étudiants la possibilité de préparer sereinement leur oral, et d’assurer l’obtention du MASTER. Notons que les étudiants suivent des stages en observation dans les semestres précédents.

Ah oui, mais qui remplacera les profs déjà titulaires qui partent en formation ? Qui viendra abonder le vivier de main d’oeuvre bon marché dans les écoles au printemps ? Qui servira de bouche trou dans cette réforme mal pensée ?

Régis Bernard, le directeur de l’IUFM de Lyon 1 n’apprécie pas la plaisanterie, lui qui aurait bien vu sa composante assurer l’ensemble des stages de quatrième semestre ! Alors même que l’UFR STAPS, fidèle à sa tradition, forte de ses nombreux professeurs agrégés, en lien avec l’inspection académique, a toujours réalisé un travail impeccable de formation des maîtres, projetant régulièrement LYON 1 au premier rang national des résultats au CAPEPS.

Voici donc un pavé - de plus - dans le marécage local : une maquette assez politiquement dérangeante pour que le président ose défier son CA, et une UFR STAPS en position de force, qui n’a pas la moindre envie ni obligation légale de revoir sa copie, qu’elle considère comme beaucoup moins mauvaise que la réforme elle-même... Et sur ce point, nul ne pourrait lui donner tort.

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.