Accueil > Tribune libre > Actualités, politiques > Grand emprunt : faut-il se précipiter ?

Grand emprunt : faut-il se précipiter ?

mardi 19 janvier 2010

On le sait, l’enseignement supérieur et la recherche figurent au premier plan des dépenses dans le cadre du "grand emprunt". Parmi les priorités, figure la mise en place de "Campus d’excellence", où une demi-douzaine de sites seront choisis pour recevoir un milliard d’euros chacun environ.

Ainsi, le PRES de Lyon peut imaginer recevoir un milliard d’euros, ou plutôt les intérêts annuels de ce milliard d’euros (ainsi qu’un possible capitale de départ), soit environ trente à quarante millions d’euros par an de fonctionnement pour les universités et écoles de Lyon / Saint-Etienne...

La somme n’est donc pas mirobolante - mais elle doit surtout être mise en regard des "efforts" à fournir. Car N Sarkozy l’a dit, les sommes engagées permettront des économies de fonctionnement à moyen terme. Donc, que va proposer le PRES de Lyon ?

Vous pouvez lire à ce sujet la lettre que Lionel Collet a diffusé aux directeurs de composantes. Il a mandaté trois personnes pour animer trois groupes de travail : santé, sciences et technologies. La question qui leur est posée est : quelle restructuration peut-on envisager à Lyon 1 dans le cadre de ce grand emprunt ?

Un certain nombre d’élus du Conseil de la Faculté des Sciences et Technologies, à l’initiative d’IDDE, ont réagi en adressant une lettre ouverte au président Collet, avec copie aux responsables des groupes Sciences et Technologies. Les principaux points qui ont surpris les élus sont :

- la précipitation dans laquelle se joue cette partie, puisque les groupes de travail doivent rendre leurs conclusions le 5 février ! Que masque une telle précipitation ?

- la non implication officielle des composantes (on implique des personnes, mais pas au nom de leur composante) et donc de leur Conseil.

- La séparation entre "Sciences" et "Technologies" qui avait été écartée par le CA lors de la restructuration des composantes : que veut dire cette frontière que personne ne définit jamais, et pourquoi risque-t-on de créer deux groupes au sein de la Faculté des Sciences et Technologies ?

Devant tant de questions et de précipitations, nous ne pouvons qu’être vigilants, et espérer qu’on ne tente pas, sous prétexte de quelques cacahouètes, de faire aboutir des recompositions majeures sans en préciser l’intérêt pour les personnels et les étudiants. Va-t-on, un jour, pouvoir tous se remettre au travail et arrêter de courir après les réformes ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.